BIENVENUE SUR LE SITE DU MINISTERE DE L'ADMINISTRATION TERRITORIALE!

ANICT : DIX ANS AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS

 

 

 

L’agence constitue la cheville ouvrière pour la mise en œuvre du processus de décentralisation. 7 juillet 2000, 7 juillet 2010 : l'Agence nationale d'investissement des collectivités territoriales (ANICT) a dix ans. Les festivités anniversaires ont donné lieu à une rencontre qui a regroupé mercredi autorités, partenaires techniques et personnel de l’Agence. Elles se sont poursuivies par un déjeuner de presse animé par le directeur général, Mohamed Ag Erlaf. La rencontre, présidée par le ministre de l'Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné, s'est déroulée dans les locaux de l'Agence à Darsalam en présence de plusieurs responsables de services centraux rattachés au département et du gouverneur du District de Bamako, Ibrahim Féfé Koné.

 

 

 

 

 

 

 

Le chef de la Délégation de l'Union européenne, Giacomo Durazzo, chef de file des partenaires techniques et financiers, les représentants des partenaires au développement étaient également présents. L'occasion était bonne pour le personnel d'exprimer sa fierté et sa satisfaction pour les résultats atteints. Son porte-parole, Abdel Kader Haïdara, s'est félicité du climat familial instauré par l'ensemble des travailleurs.

 

 

 

 

 

 

Une condition propice à la réussite de tout projet, a-t-il jugé. Il a remercié la direction générale pour sa sollicitude qui a largement contribué à la confiance dont jouit aujourd'hui l'agence auprès des autorités et des partenaires techniques et financiers. Le directeur de l’Agence a félicité le personnel pour son engagement et sa détermination à promouvoir la mise en œuvre du processus de décentralisation dans notre pays. Ce 10è anniversaire, a-t-il indiqué, constitue un espace idéal de convivialité et de communion, deux valeurs qui ont sous-tendu toutes les initiatives de durant ses 10 années de vie.

 

 

 

 

 

Mohamed Ag Erlaf ne s'enflamme pas outre mesure. Le chemin, de son point de vue, reste encore long. "Dix ans, c'est peu dans la vie d'une institution dont toutes les missions étaient, au moment de sa création, de véritables défis à relever. Dix ans, c'est peu, en matière d'opérationnalisation, de gestion et de gouvernance pour des collèges nouveaux, souvent analphabètes, qui ont été responsabilisés, démocratie oblige, pour faire face aux besoins de financement du développement local sous leur maîtrise d'ouvrage. Dix ans, c'est encore peu, en matière de renforcement de capacités", a-t-il constaté.

 

 

 

 

 

Le plus gros défi a été pour l'agence de maintenir une parfaite neutralité en matière d'allocation de ressources, a reconnu son directeur. Un exercice qui contrastait avec toute idée d'appartenance politicienne, régionale ou territoriale, a précisé Mohamed Ag Erlaf. Cette difficulté résulte de la mission difficile d'accepter de ne pas paraître dans un monde où les attributs sont parfois plus importants que la mission.

 

 

 

 

 

Comment mettre en place un système simple, équitable et solidaire de répartition de ressources basé sur des critères de péréquation précis, quantifiables, objectifs ? Comment faire pondérer les indices de péréquation par le conseil d'administration afin d'encourager les collectivités territoriales à investir dans les secteurs prioritaires du développement ? Comment tracer tous les financements non fongibles par origine, par bénéficiaire, par ciblage sectoriel et géographique ?

 

 

 

 

 

Comment élaborer le budget d'investissement de 761 collectivités en lieu et place de la Direction générale du budget ? Autant de défis auxquels a su faire face l'agence durant une décennie durant laquelle ses investissements ont atteint 128 milliards Fcfa pour financer plus de 11.000 projets dans les secteurs de l'économie, du social, de la gestion des ressources naturelles et de l'environnement.

 

 

 

 

 

Les fonds de l'agence sont constitués des contributions de l'État, des collectivités territoriales et des PTF. Ce rôle fait de l'ANICT une cheville ouvrière dans la mise en œuvre du processus de décentralisation, a indiqué Mohamed Ag Erlaf. Le chef de la Délégation de l'Union européenne et le ministre de l'Administration territoriale et des Collectivités locales ont joint leur voix à celle du directeur pour remercier l'ensemble du personnel de l'agence pour son dynamisme.

 

 

 

 

 

Les deux personnalités ont jugé "très" positif le bilan des 10 années d'activités et invité la direction et les travailleurs à persévérer dans cette dynamique pour donner un corps et une âme au processus de décentralisation dans notre pays. Hier le déjeuner de presse a été mis à profit pour détailler les 10 ans de fonctionnement de l'Agence, ses orientations et ses perspectives pour les années à venir.

 

 

 

 

 

Les critères de répartition des ressources, les différents domaines d'intervention, les obligations des parties prenantes, les processus et les mécanismes de fonctionnement de l'agence et du Fonds national d'appui aux collectivités territoriales (FNACT), le système de péréquation ont été expliqués par Mohamed Ag Erlaf.

Mise à jour le Mardi, 13 Décembre 2011 15:42