Le Ministre Abdoulaye Idrissa  MAIGA balise les pistes de la modernisation de l'Administration Territoriale 

Du 5 au 31 mars 2015, le Ministre de l'Administration  Territoriale et de la Décentralisation a sillonné quasiment l'ensemble du pays pour s'imprégner des réalités des administrations locales et régionales, et écouter les préoccupations des populations.
 Écouter et échanger avec les collectivités, les partis politiques, les représentants de l'Etat et les légitimités traditionnelles
Les missions attribuées au Ministre en vertu du décret 0115 P.RM du 25 Février 2015
Le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation est compétent pour entre autres.
  • l’Organisation de la Représentation Territoriale de l’Etat
  • la coordination et le contrôle de l’action des représentants du gouvernement dans les circonscriptions administratives
  • l’organisation des opérations électorales et  référendaires
  • la gestion des frontières et la de Coopération transfrontalière
  • la gestion de l’Etat Civil
  • la préparation et la mise en œuvre de la défense civile de l’Etat
 
  • le Développement et l’organisation des relations de coopération entre l’Etat et les Collectivités locales ainsi que les relations de collaboration entre les services techniques de l’Etat et les Collectivités Territoriales
  • l’Organisation de l’accompagnement des collectivités territoriales par l’Etat etc.
Les missions  aussi dévolues au Ministre sont mises en œuvre à travers les services.
Structures et organismes qui lui sont affectées et mises à dispositions.
Charge très importante au regard du champ d’intervention ainsi énoncée, il revient au Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga d’en déterminer les priorités. C’est aussi qu’à l’entrée en fonction il a après concertation avec les cadres et analyse du contexte défini quelques priorités parmi les priorités qui s’imposent à son département cordon ombilical de la stabilité et de la Gouvernance du Territoire à travers cinq services  clés que sont : 
  1. La Direction Générale de l’Administration du Territoire ;
  2. La Direction Générale des Collectivités Territoriales ;
  3. La Direction Nationale des frontières ;
  4. L’Agence Nationale des Investissements des Collectivités Territoriales ;
  5. La Direction Nationale de l’Etat Civil.
A l’issue de l’analyse de la situation le Ministre a décidé d’aller au constat du terrain pour s’imprégner des réalités du fonctionnement des administrations régionales locales,  des collectivités territoriales et écouter les préoccupations des populations à travers les autorités traditionnelles, les Elues et  les Représentants de l’Etat.
Du 05 au 31 Mars 2015 le Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a visité toutes les Régions du Mali à l’exclusion de la Région de Kidal pour écouter, échanger avec les groupes d'acteurs à l'effet de mieux baliser les pistes d'amélioration de l'administration malienne. 
En effet, moins de deux mois après sa nomination à la tête de ce département, le 10 janvier 2015, monsieur Abdoulaye Idrissa Maïga s'est rendu à Kayes (5 -7 mars), Koulikoro, Sikasso et Ségou (12 -15 mars) et Mopti-Ténenkou, Gao (19-22 mars) Tombouctou-Niafunke-Goundam (27-28 mars), puis Bamako district (31 mars).
Au cours des échanges et des discussions, les préoccupations et les constats essentiels qui ont jalonné tous les débats ont portés sur des problèmes ayant trait : 
* aux prochaines élections régionales et communales et du District
* à la Régionalisation
* l’exercice de la tutelle
* la pérennisation du RAVEC (Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil
* la consolidation de l’Etat Civil
* la réconciliation et la reconstruction des Régions du Nord
* au redéploiement de l’Administration dans les Régions du Nord et Mopti
* à l’Etat des infrastructures des circonscriptions administratives
* au développement avec en toile de fond la régionalisation
* et au faible équipement en ressources humaines et en moyen de travail  au niveau des services de la Représentation de l’Etat.
En réponse à ces préoccupations Monsieur le Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a éclairé ses interlocuteurs sur les priorités qu’il entend concrétiser notamment l’amélioration des conditions de travail des représentants de l’Etat car selon lui  «Ceux-ci constituent la vitrine de l’Etat pour les citoyens ».
Pour ce faire, il est envisagé de renforcer les services en personnel de qualité pour dynamiser les services propres et de renforcer leur moyen de fonctionnement pour faire face aux actions et activités multiples dont les Représentants en ont la charge.
Dans le cadre du renforcement de l’autorité de l’Etat, il a inscrit la réhabilitation des autorités traditionnelles qui ont toujours joué un rôle prépondérant dans le règlement des conflits inter communautaire, dans la consolidation de la paix, et de la stabilité au niveau du territoire.
Dans le domaine de la Décentralisation, le Ministre avec les experts qui l’ont accompagné a rappelé le bilan du processus et les enjeux de la régionalisation dont l’objectif visé « est d’améliorer la décentralisation et promouvoir le développement économique des collectivités » 
Il a insisté sur le fait qu’il ne faut pas confondre "Régionalisation et Régionalisme",  car  le régionalisme n’a rien à voir avec la démocratie, la décentralisation. Par contre la régionalisation vise à améliorer la gouvernance territoriale en favorisant la propension et la libération des initiatives des acteurs privés dans le secteur économique, social et culturel. Il a rappelé que  « la régionalisation se met en place dans le cadre d’un Etat unitaire, conformément au principe constitutionnel de la libre administration des collectivités territoriales».
Dans le domaine de l’information et des réponses aux questions relatives aux élections communales et régionales, le Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga a éclairé  ses interlocuteurs sur le couplage des élections avec les innovations apportées.
Il a expliqué les mécanismes envisagés pour la désignation du Maire, les causes de la suppression du cumul de candidature.
Dans le cadre du renforcement de la cohésion sociale,  il a instruit la réflexion sur la réhabilitation des autorités traditionnelles qui constituent les défenseurs de nos valeurs ancestrales, valeurs qui ont permis de résoudre plusieurs conflits dans multiples domaines dont à l’heure actuelle, la nation a besoin dans  le cadre de la réconciliation afin d’user des mécanismes communautaires, pour apaiser les cœurs et rétablir la confiance entre les différentes composantes de notre société.
Le Ministre, en prenant en compte les préoccupations évoquées par les représentants de l’Etat et les Elus, les a invités à assumer leurs responsabilités et exercer toutes les attributions qui leur sont dévolues après l’adoption des textes relatifs à la charte de la déconcentration. La relecture de leurs compétences, la création des services propres des circonscriptions administratives, toutes dispositions qui les  inviteront à changer le visage de l’administration vis a vis des usagers car « vous êtes les acteurs clés de la mise en œuvre de l’action gouvernementale dans le cadre du service public de l’administration et la décentralisation »
Aussi a-t-il rappelé à chacun que « le département entend imprimer la vision du Président de la République en matière de gouvernance, fondée sur la transparence, la redevabilité et la responsabilité pour restaurer l’Etat de droit et redonner à l’Administration ses lettres de noblesses et la confiance aux usagers» 
En marge de l’étape de Gao, les autorités de la Région de Kidal ont rencontré le Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga en raison de la situation sécuritaire qui  prévaut dan cette région.
Dans son intervention le Gouverneur de la Région de Kidal à Gao a fait le point  des activités menées en direction de ses administrés.  En retour, le Ministre a rappelé les événements douloureux de Mai 2014 ayant entrainé le repli du personnel de l’administration de Kidal suite aux  incidents qui ont fait beaucoup de victimes parmi les représentants de l’Etat. Il a remercié les Préfets et Sous-préfets qui ont accepté de relever le défi d'accompagner le Gouverneur Kamissoko et les encourager à maintenir le cap en attendant le rétablissement de la situation.
Abordant d’autres priorités de son département le Ministre Maïga à abordé avec ses interlocuteurs, le dossier du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil.
Au cours des échanges le Ministre a informé les interlocuteurs des mesures prises pour la pérennisation du RAVEC en lieu avec la modernisation du système d’Etat Civil.
A cette occasion, Il a attiré l’attention des différents responsables sur les faiblesses qui ont été relevées tant au niveau des agents de terrain que celui  de certaines autorités. 
Ces lacunes et faiblesses portent entre autres sur :
* L’insécurité dans les régions septentrionales ou le travail ne peut pas évoluer, vu les contraintes ; 
* Le faible engagement des partis politiques dans la mobilisation des citoyens ; 
* La faible capacité et l’inaptitude de beaucoup d’agents dans la maîtrise de l’outil informatique
Les difficultés ont eu pour conséquence, le rejet de plusieurs résultats d’enrôlement privant ainsi des citoyens de leur droit de disposer d’un numéro d’identification et de ce fait, leur non inscription dans le fichier électoral. Il a invité les différentes autorités à plus d’engagement pour réduire les résidus non pris en charge afin de permettre au maximum de maliens d'user de la faculté à jouir de ce droit de citoyenneté. 
Il a invité les différentes autorités locales à réserver aux réfugiés en attente de retour, toute la sollicitude  nécessaire pour leur réinsertion sociale et leur prise en charge dans la délivrance des différents documents administratifs.
La Direction Générale de l’Administration du Territoire
« La vieille dame », car elle est l’une des premières administrations implantées depuis l’époque coloniale. La Direction Générale de l’Administration du Territoire est l’outil qui prolonge l’action gouvernementale sur le territoire à travers les représentants de l’Etat. Considérer comme le bras séculier de l’autoritarisme et les excès de pouvoirs, la Direction Générale de l’Administration du Territoire avec la mise en œuvre de la Décentralisation qui a redéfini les missions entre l’Etat Central et les Collectivités, a engagé une nouvelle approche pour gérer les représentants de l’Etat
* renforcer les capacités des services propres des Régions, Cercles afin d’apporter les appuis et conseils nécessaires aux collectivités locales pour ce faire, elle a engagé l’élaboration de la Politique Nationale de l’Administration du Territoire
* élaborer des outils pour doter les représentants de l’Etat en matière  d’exercice de la tutelle.
* s'atteler à la meilleure préparation des élections Régionales et Communales (scrutin du 25 octobre 2015)
La Direction Générale de l’Administration du Territoire est fortement engagée dans la mise en œuvre de ‘Accord de paix dont plusieurs segments concernent les domaines : 
* du redéploiement des Représentants de l’Etat au niveau de circonscriptions administratives et leur sécurisation dans leurs postes
* de la révision constitutionnelle
* de la restauration de la représentativité des autorités traditionnelles
* des libertés publiques par l’élaboration de mesures administratives dans les matières relevant de la compétence du Ministre de l’Administration Territoriale. 
Selon le Directeur Général de la DGAT Monsieur Amadou Billy Soussoko «  le Département est techniquement prêt pour la bonne organisation des Elections Régionales et Communales ». Pour cela, le chronogramme élaboré et adopté est en cours d’exécution.
La Direction Nationale de l’Etat Civil et le Centre National de Traitement des données personnelles
Ravec pour un Etat Civil fiable et sécurisé, Le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation dans le cadre de la protection et de la promotion des libertés individuelles et des libertés publiques a reçu mandat du Gouvernement en Juillet 2005 de procéder à la réalisation du Recensement Administratif à Vocation d’Etat Civil afin de disposer d’un système d’Etat Civil moderne, sécurisé répondant aux exigences de la bonne gouvernance
Pour réaliser cette mission, le Ministère a conçu et mis en œuvre un programme d’enrôlement des populations d’une part et du renforcement de la modernisation du système d’Etat Civil. D’autre part conçu en deux phases la première phase active qui s’est déroulée de 2009-2011 a été consacrée à la mise en place des outils, au démarrage des enrôlements, aux renforcements des capacités des agents de l’Etat
Civil, la seconde phase en cours consacrée à la pérennisation des acquis du RAVEC et à la consolidation de système d’Etat Civil. La collection des données individuelles à la localisation des données biométriques devant aboutir à l’établissement d’un répertoire national des personnes physiques devant contribuer à l’établissement d’un état civil fiable informatisé pour la production des documents de voyage, de listes et cartes d’électeurs, de permis de conduire, de passeports sécurisés.
Cette stratégie devra contribuer à mettre un frein aux fraudes dans l’acquisition des documents administratifs dans le souci de corriger les faiblesses relevées et pour prendre en charge les omis et les enfants nés après la phase active. La Direction Nationale de l’Etat Civil a engagé les actions pour recueillir les données biométriques des personnes visées ci-dessus ayant atteint l’âge de 15 ans.
Cette action permet de gérer les cartes NINA perdues. A ce niveau les requêtes sont adressés au Centre de traitement des données de l’Etat Civil qui après gestion des requêtes transmet les résultats à la DGE qui détient le fichier électoral. Les listes établies à ce niveau sont transmises à la société en charge d’imprimer les cartes Nina. La situation de traitement des données à l’heure actuelle présente le tableau suivant :
Personnes recensées :                                                      14 246 776
Disposant de Nina :                                                            13 957 943
Personnes âgées de 15 ans plus sans biométrie             1 483 010 / 1 730 280
Personnes âgées de 18 ans et plus avec biométrie       7 556.953/6.831.692
Personnes âgées de 18 ans et plus                                 4.96.952/603.877
Personnes à résidence indéterminée                                 39435/43753
A l’heure actuelle le pays dispose d’une base de données de citoyens disposant de NINA; ce qui permet d’élaborer des documents d’identification sécurisés, de suivi en matière au renforcement du système d’Etat Civil, de contribuer à l’élaboration d’un fichier électoral fiable après la révision exceptionnelle.
Cette politique a permis de créer quelques centaines d’emplois et surtout va permettre à l’Etat de développer les applications multiples que peut offrir un système d’Etat Civil moderne fiable et sécurisé basée sur l’identification biométrique du Citoyen, ce qui contribue à mieux le protéger des fraudes de toutes natures.
Les Elections Communales et Régionales 2015
Un enjeu et un défi pour le ministre Abdoulaye Idrissa Maïga et son équipe.
Une des priorités dévolues au Ministre Abdoulaye Idrissa Maïga dans le cadre des compétences relevant du Département est l’organisation des élections Communales et Régionales.
Après l’élection du Président de la République et des Députés en 2013 un des défis qui reste à relever est l’achèvement du processus électoral pour doter les collectivités Territoriales d’autorités légitimes.
Dès son entrée en fonction le Ministre Maïga s’est attelé à la préparation et à la mise en œuvre à travers un chronogramme bien rythmé en séquences pour atteindre les résultats attendus : la bonne réussite des différentes phases du scrutin.
L’important est de relever deux défis majeurs :
* Réussir le couplage des élections générales de proximité sur l’ensemble du territoire en toute sécurité et en toute transparence.
* Faire élever au suffrage universel, les élections communales et régionales et du District aussi bien que les Présidents des différents organes.
Pour la bonne réalisation de cet objectif qui doit contribuer à la restauration de la légitimité du Représentant des populations au niveau régional et local, le Ministre Maïga et ses services ont déjà exécuté les activités suivantes :
* La révision exceptionnelle des listes électorales
* La Confection des Cartes Nina pour les nouveaux inscrits
* l’instauration et l’animation du cadre de concertation avec les partis politiques, les partenaires techniques et financiers, les organisations de la société Civile.
* L’adoption de plusieurs actes légaux de support pour assurer la légalité des procédures
* L’information régulière des citoyens sur les étapes du processus.
 
Le Ministre a ainsi transmis à la DGE, gestionnaire du fichier électoral, la situation de mise à jour des résultats du RAVEC ayant abouti à l'identification de 7.948.902 d’électeurs potentiels. Avec l’appui des différents partenaires, le Ministre est sûr de relever le défi de la bonne organisation des prochaines élections avec la participation active de tous les autres acteurs concernés.