REGION DE KAYES 

LE GOUVERNEUR:

PRESENTATION :

La Région de Kayes est située entre les 12'm et 17'm degrés de latitude Nord a cheval sur le fleuve Sénégal et ses affluents et a l’extrême Ouest du Mali. 

Limitée à l'Est par la Région de Koulikoro, à l’Ouest par la République du Sénégal, au nord par la République Islamique de la Mauritanie, au Sud par la République de la Guinée, elle a une superficie de 120 76 0 Km2, (représentant 9,7 % de la superficie totale du territoire national) pour une population de plus de 1600 000 habitants repartie entre 7 Cercles et 129 communes. 

 

LE RELIEF de la Région de Kayes est dominé par la Falaise du Tambaoura qui couvre une bonne partie des cercles de Keniéba et de Kayes. Le point Ie plus élevé se trouve aux environs de Balea dans I'ex-arrondissement de Sagabary avec une altitude de 806 mètres et Ie point Ie plus bas est à Kotera dans I’ex-arrondissement d'Ambidedi à 27 mètres au-dessus du niveau de la mer.

 

TROIS ZONE CLIMATIQUES : dont les caractéristiques varient d'une zone écologique à I’autre se partagent la Région. 

• La zone Sahélienne : occupe I’ extrême nord de la Région. Limitée au sud par I’ isohyète 550mm et au nord par I’ isohyète 150 ; 

• La zone soudanienne: située au centre, elle est limitée au nord par I’isohyète 550mm et au sud par I’ isohyète 1150mm ; 

• Et une zone pré guinéenne occupant I’extrême sud de la Région, située entre les isohyètes 1150mm et 1400mn. 

 

HYDROGRAPHIE : Le cours d'eau Ie plus important de la région est Ie Fleuve Sénégal formé à Bafoulabé par Ie Bakoye et Ie Bafing et ses affluents. Elle compte d'autres cours d'eaux importants tels que la Falémé, Ie Kolimbine et des rivières. Elle possède un seul lac: Ie Magui et de nombreuses mares et dispose d'un barrage sur la chute de Felou et d'un autre plus important à MANANTALY. 

 

POPULATION I MIGRATION : elle est estimée en 2006 a 1 688 112 habitants dont 863 073 femmes soit 51,13% de la population totale. Le taux d'accroissement annuel entre 1987 et 1998 de 2,3% se caractérise par sa forte jeunesse : les moins de 14 ans représentent 46,9 % de la population, 59,31 % ont moins de 20 ans. 

Les personnes âgées (60 ans et plus) représentent 6,12% de la population de la région. Elle est composée de Sarakolé, de Khassonke, de Malinké ou Mandingue, de Bambara, Peul, Maures, etc. 

Elle se caractérise aussi par sa forte migration. 

Le solde migratoire net masculin est de moins 3,13% et 70% de son émigration a pour destination I’ extérieur du Mali. Malgré I’apport en capitaux de I’ ensemble des émigrés maliens ressortissants de Kayes (transfert de plus de 120 milliards de FCFA soit 180 millions d'Euros transfères annuellement au Mali), I’émigration concerne les actifs et souffre de la conjoncture actuelle poussant certains pays à des politiques plus répressives. 

Ainsi elle est devenue douloureuse suite à des refoulements (800 émigrés maliens ont été déjà refoulés de l'Espagne via Mauritanie Gogui) dans des conditions difficiles. 

 

ECONOMIE : Le secteur primaire reste incontestablement la pièce maitresse de I’économie de la région, malgré les industries minières et leurs exploitations qui renforcent de plus en plus Ie potentiel économique dans les secteurs du secondaire et du tertiaire voire même Ie quaternaire. 

En effet I’agriculture, I’élevage, la pêche et I’exploitation forestière occupent plus de 80% de la population et procurent à ce titre la quasi totalité de la production régionale. Ce secteur dans son ensemble reste tributaire des aléas climatiques quand il s'agit des cultures pluviales. 

La Région dispose d'importantes superficies aménageables (15 bas-fonds et une plaine) estimées a 568,56 Ha pour un coût total d'environ à 436 194 300 F CFA. 

En plus les conditions propices à I’élevage font de la Région un centre d'attraction des animaux transhumants. Les effectifs du Cheptel de la Région sont estimes par espèce en 2006 à : 

- Bovins 1 570 000 têtes ; 

- Ovins 602 000 têtes ; 

- Caprins : 845 000 têtes ; 

- Equins : 32 000 têtes ; 

-  Asiniens : 14000 têtes : 

- Camelins : 16 000 têtes ; 

- Porcins: 750 têtes ; 

- Volaille : 1 750 000 têtes. 

 

Avec Ie Barrage de Manantali et les différents cours d'eau, la Région possède aussi des potentialités halieutiques qui sont loin d'être exploitées. 

La capacité de production de poissons seulement au niveau de Manantali est estimée à 3000 tonnes par an. 

 

Au cours de l’année 2006, les productions en matière de poissons sont de 507 900 Kg de poissons frais, 98 422 Kg de poissons fumés, et 70 392 Kg de poissons secs. Dans Ie cadre de la politique de la sécurité alimentaire, Ie Gouvernement a mis en place des banques de céréales dans les 129 communes de la Région avec une dotation initiale dg 20 tonnes chacune.

 

LE TISSU INDUSTRIEL: de la région de Kayes se caractérise par sa faiblaisse et sa mauvaise répartition. En effet iI existe dans la Région: 

- L'Usine Huilerie Cotonnière du Mali (HUICOMA) de Kita avec une capacité de production de graines en présérie (150 T I jours), trituration arachide 150 T I jour, production pelles et tourteaux (60 T/jour). 

- L'Usine d'égrainage de coton à Kita avec une capacité installée de 25 000 à 35 000 T par an de coton graine. 

- Les industries alimentaires : elles comprennent les boulangeries au nombre de 4 et les pâtisseries au nombre de 2, toutes implantées aussi à Kayes. 

- Les industries minières se développent également dans la région avec I’ exploitation des mines d'or de Sadiola (SEMOS.SA) et de Yatela SA dans Ie cercle de Kayes et celles de Loulo et Tabakoto dans celui de Kenieba, qui ont produit ensemble 21 Tonnes 071 en 2005. La projection de production cumulée s'élève à 41 Tonnes 

- L'exploitation artisanal de I’or se poursuit toujours à Kenieba et Sadiola (village de Diangounte).

ENERIGIE ET HYDRAULIQUE : Les principales sources d'énergie de' la Région demeurent Ie bois et Ie charbon de bois. La production d'énergie électrique de la région est assurée par des groupes électrogènes dans les chefs lieux des cercles sauf à Kayes ou il existe deux centrales (La Centrale Hydro électrique de Felou et la Centrale Thermique de Paparah). Le barrage de Manantali fournit aussi de I'electricite aux cercles de Kayes, Kita et Bafoulabe, Tous ces efforts ne masquent pourtant pas Ie deficit important de fourniture d'énergie en milieu rural, mais également dans les principales villes. 

L'insuffisance de I’énergie voir son absence et son cout élevé, a des influences négatives sur Ie secteur industriel. La quasi-totalité de la population est alimentée en eau à partir du fleuve, des mares, des rivières et de forages. 

Aujourd'hui les points d'eau existants dans la région sont estimés à 4304 (forages et puits modernes) et 51 châteaux d'eau, ils desservent 1327 Villages sur 1562 que comptent la Région (soit 84,96 %). II faut noter que 235 villages dans la région ne disposent pas de puits modernes. 

 

Le développement du réseau routier au niveau de la Région a contribué au développement du Commerce international; près de 3000 véhicules de transport des marchandises ont transité cette année au poste frontalier de Diboly. 

Malgré l’enclavement de la Région, des courants d'échange existent entre les zones de production agropastorale des cercles de Kita, Nioro, Diéma et Kenieba et les zones de consommation, entre la Région de Kayes et les autres Régions du MALI et entre les Pays voisins : MAURITANIE, SENEGAL et GUINEE. 

 

TOURISME : La région de part son histoire et sa diversité ethnique et culturelle, présente d'importants sites touristiques : Médine et son Fort en amont du Sénégal  à 12 Km de Kayes;

Les Chutes du Felou. 

• Les chutes de Gouina au Sénégal en amont du Sénégal à 80 Km de Kayes; 

• Les Ruines du Tata d'EI Hadj Omar à Konakry à 70 Km de Kayes; 

• La mare de Doro, au Nord, à 40 Km de Kayes; la mare de Toya à 25 Km de Yelimane ; 

• Le dernier Chainon de montagnes de Fouta Djallon Ie Tambaoura à Kenieba.