REGION DE SEGOU

LE GOUVERNEUR: Monsieur Gorge TOGO

A - Aperçu historique, géographique et démographique 

 A-1 Historique 

L'historique de la région de Ségou est inséparable de celui de son Chef lieu qui donna son nom à l’entité régionale. 

En effet, la cite historique et même légendaire des 4444 balanzans qu'est Ségou fut d'abord la capitale du très célèbre royaume Bambara de même nom fondé par Mamari Coulibaly ou Biton Coulibaly. A partir du 17e siècle trois principales dynasties se sont succédé au trône : la dynastie des Coulibaly, la dynastie des Diarra et celui des Tall. 

La pénétration française devenue effective le 13 mars 1893 par Archinard mit fin au trône de la dynastie des Tall. Depuis cette date Ségou devint Chef lieu d'un cercle administratif jusqu'a l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale. Ségou est devenu Ie Chef lieu de la 4eme région à partir de la création des régions en 1960 par la loi W 60-5/ALRS du 07 juin 1960.

 

A -2 Situation géographique : 

Située dans la partie centrale du Mali, entre les 12°30' et 15°30' de latitude Nord et le 4° et 7° de longitude Ouest, la région de Ségou couvre une superficie de 64 821 Km2. Elle est limitée : 

- Au Nord par la République islamique de Mauritanie 

- A l'Est par les régions de Tombouctou et de Mopti 

- Au Sud-est par la région de Sikasso et le Burkina-Faso 

- A l'Ouest par la région de Koulikoro. 

Le relief est peu accidenté et comprend essentiellement des plateaux et des plaines. Les sols sont généralement argileux et sablonneux. Le fleuve Niger et son affluent Ie Bani, constituent les principaux cours d'eau de la région. 

La végétation se compose de la savane boisée, la savane arborée, la savane arbustive,

 

A -3 Situation démographique 

La population de la région est estimée à plus de 2 100 000 habitants avec une densité de 32 habitants au km2. 

Les ethnies dominantes sont les Bambaras, les Soninkés, les Peulhs, les Bobos, les Bozos, les Somonos et les Miniankas. On rencontre également les Mossis originaires du Burkina Faso en zone Office du Niger. 

Les religions pratiquées sont l'lslam, Ie Christianisme et l'Animisme. 

La population est dans une forte proportion jeune et rurale (plus de 60% à moins de 15 ans). Elle est inégalement repartie avec une concentration plus importante dans les cercles traversés par les fleuves et les canaux d'irrigation de l’Office du Niger et de l'Office Riz.

 

B - Situation Administrative: 

La loi N°93-008 du 11 février 1993 déterminant les conditions de la libre administration des Collectivités Territoriales, modifiée par la loi N°96¬056 du 16 octobre 1996 a consacre l’érection de la région en Collectivité Territoriale, la transformation des sept (07) cercles en collectivités et la création de 118 communes renfermant 2221 villages. 

De sa réaction à nos jours seize (16) gouverneurs dont six (06) officiers de l'Armée se sont succédés à la tête de la région. 

 

C- Situation économique : 

La région de Ségou a une vocation essentiellement agro sylvo-pastorale. Les potentialités agro-sylvo¬ pastorales déterminent la répartition de la région en zones avec chacune un système de production dominant à savoir : 

• Une partie septentrionale essentiellement pastorale 

• Une bande centrale agro-pastorale et fortement soumise à I’action anthropique. 

• Une bande méridionale agricole. Activités économiques 

1°) L'Agriculture 

Les activités économiques de la région sont dominées par Ie secteur primaire. Le système de production agro-pastoral est Ie plus dominant. La région produit près de 30% de la production céréalière nationale. Au terme de la campagne agricole 2005-2006, elle a enregistré un excédent céréalier de plus de 643 000 tonnes de productions sèches (mil, sorgho, maïs). Ce chiffre sera largement dépasse cette année. 

• Le sous secteur agricole s'appuie principalement sur l'Office du Niger, l'Office Riz Ségou, la CMDT, Ie Service Semencier National, Ie Projet d'Appui à la Commercialisation des Céréales au Mali (PACCEM) et l'Agence pour la Promotion des Filières Agricoles (APROFA). 

 2°) L'élevage : 

L'élevage sédentaire est dominant. La répartition spatiale du cheptel ne suit pas la distribution des potentialités pastorales de la région. En effet, la partie méridionale à vacation agricole concentre près de 63% du cheptel, tandis que les zones pastorales du Nord (Niono) et agro-pastorales du centre renferment 38% du cheptel. 

Au plan des effectifs du cheptel la région de Ségou occupe la 3eme place après Mopti et Sikasso avec 1 132 600 bovins, 2 934 000 ovins et caprins, 112 800 asiens, équins et 6 737 200 volailles. 

3°) la Pêche : 

La pêche pratiquée sur Ie fleuve Niger et son affluent Ie Bani dans les falas et canaux d'irrigation en zone Office du Niger, demeure tributaire ces dernières années des aléas climatiques qui influent négativement sur les crues, réduisant du coup les captures d'année en année. 

4°) l'industrie : 

Les activités secondaires et tertiaires sont caractérisées par un tissu industriel essentiellement tourné vers l’agroalimentaire. 

L'armature industrielle concentrée principalement dans les cercles de Ségou et de Niono est constituée de quelques grandes unités industrielles comme la COMATEX, les Sucreries de Dougabougou et de Séribala, les usines de décorticage du riz et de l’unité de fabrique d'aliment bétail à Ségou, qui contribuent fortement à l’essor économique de la région. 

5°) le Commerce: 

Le commerce est caractérisé par un système de foires hebdomadaires ou les échanges des produits du secteur primaire dominent, 

Parmi ceux-ci, les céréales viennent en tête sur presque tous les marchés, suivies par les transactions sur les produits de I’ élevage. 

Au niveau des échanges inter-régionaux, Ségou de par sa position géographique, constitue un carre four commercial soit pour la vente des produits soit pour leur transit entre Ie Nord et Ie Sud du pays. Les relations commerciales de la région avec l’extérieur connaissent un essor remarquable, comme l’atteste Ie nombre d'intentions d'importation (493) et d'exportation (79) enregistrées au cours de I’ année 2005 totalisant un montant de 9 624 142 974 Francs CFA. 

6°) Le Tourisme : 

La région de Ségou regorge de nombreux sites touristiques et monuments qui font progressivement d'elle une destination prisée pour les touristes et ce, à la faveur des trois (03) dernières éditions du festival sur Ie Niger organisées par l’Association des restaurateurs et hôteliers de Ségou et de la parfaite réussite de l’organisation de la 1ère édition délocalisée de la Biennale Artistique et Culturel en septembre 2005. Ségou terre d'accueil et de rencontre, confirme chaque jour davantage sa vocation de carrefour et de ceux du Mali.